Chateau des Fougis and Erich Engelbrecht

CHÂTEAU DES FOUGIS

Chateau des Fougis
Chateau des Fougis
Chateau des Fougis
Chateau des Fougis
Chateau des Fougis
Chateau des Fougis
Chateau des Fougis
Chateau des Fougis
Château des Fougis
Château des Fougis
Château des Fougis
Château des Fougis
Château des Fougis
Château des Fougis
Château des Fougis
Château des Fougis
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 
<b>Château des Fougis</b>
<b>Château des Fougis</b>
<b>Château des Fougis</b>
<b>Château des Fougis</b>
<b>Château des Fougis</b>
<b>Château des Fougis</b>
<b>Château des Fougis</b>
<b>Château des Fougis</b>
previous arrow
next arrow
Shadow

« La tradition voulait que les Fougis fussent, au XVe siècle, un rendez-vous de chasse des Bourbon. En 1495, en effet, on voit le duc Charles III régler des comptes avec Hughes Le Long, seigneur des Fougis, grand prévôt de la vénerie du duc. Avant cette date, il est fait mention de la seigneurie des Fougis, en 1410, dans un dénombrement que rend Pierre Bodet à Guichard Dauphin, seigneur de Jaligny, mais les Le Long étaient possessionnés aux Fougis dès 1461 par Hugonin le Long, écuyer, grand prévôt de la vénerie de Pierre II de Bourbon. Les le Long resteront propriétaires des Fougis et le resteront jusqu’en 1727, date à laquelle le fief sera légué à un neveu, Jean de Berthier de Bizy. Des descendants le conserveront jusqu’à la Révolution. Il sera ensuite acheté en 1802 par Antoine Clayeux, dont la famille le détient encore aujourd’hui.

Bien que reconstruit à la fin du XVIe siècle (un portail de style classique est daté de 1593), les Fougis sont encore percés de meurtrières plus décoratives qu’efficaces. Et N. de Nicolay en parle, en 1569, comme d’un ‹ chasteau fort, terre et seigneurie… ›

Le château présente un corps de logis principal de plan rectangulaire, flanqué de deux tours carrées aux angles sud-ouest et nord-est, et d’une tour ronde au sud-est. Une aile en retour d’équerre vers le nord est terminée à l’angle oriental par une autre tour carrée. Les murs sont faits de briques rouges et brunes appareillées de motifs losangés, alors que l’encadrement des ouvertures est en calcaire blanc. La façade nord ainsi que certaines ouvertures des autres côtés, on été modifiées au XIXe siècle. »

R. Germain & coll. – « Châteaux, fiefs en Bourbonnais », 2004, Éditions De Borée, Sayat, ISBN 2-84494-199-0, p. 539-540

Rétrospective et actualité:

Jusqu’en 2011, en collaboration avec l’architecte João de A. Vares, son gendre, un parc de sculptures avec 29 sculptures monumentales (soit en acier pur, soit polychromes) est aménagé en plusieurs étapes autour de la propriété. Au cours de la réalisation de ce projet, une partie de la famille s’implante en France au Château des Fougis, pour y vivre et travailler.

Dans l’aile principale du château, Mme Waltraud Engelbrecht, veuve et exécutrice testamentaire de l’artiste présente une collection privée d’autres oeuvres du même, y compris des tapisseries en grand format, peintures à l’huile, petites sculptures en acier et des graphiques.
Cette exposition intérieure peut être seulement visité sur rendez-vous, dans le cadre d’une visite privée.

Ce parcours culturel est agrémenté par d’autres offres supplémentaires comme le festival international annuel de musique et danse « Festiv’Allier » qui a lieu chaque mois d’Août depuis 2007 dans le « Haras des Fougis ». A cette annexe du château, équipée d’une cuisine professionnelle et d’une salle polyvalente avec mezzanine s’adjoint un grand chapiteau, permettant ainsi l’accueil de différents types d’événements.
Dans deux bâtiments annexes, Mme Engelbrecht propose de l’hébergement pour les visiteurs de l’exposition.

Nous serions ravis de connaître les détails de votre projet et nous réjouissons déjà à l’idée de travailler ensemble à sa concrétisation et à sa réussite!